News

Cinq choses apprises lors des débuts du WTCR OSCARO au Maroc

2018-04-10T06:00:50+02:00avril 10th, 2018|WTCR Afriquia Race of Morocco 2018|

Le WTCR – FIA World Touring Car Cup presenté par OSCARO a pris un envol immensément excitant et réussi sur la WTCR AFRIQUIA Race of Morocco le week-end dernier. Voici cinq choses apprises une fois la bataille terminée à Marrakech.

1. Tarquini est toujours vert :Il pourrait être à quatre ans de faire valoir ses droits à la retraite dans certains pays européens, mais Gabriele Tarquini a prouvé une fois encore que l’âge n’est pas un obstacle au succès avec un doublé pour le BRC Racing Team.

2. Victoire le dimanche, vente le lundi :La popularité de Tarquini au sein du département clients de Hyundai Motorsport a encore augmenté dimanche soir quand il a profité de la dernière conférence de presse du week-end pour promouvoir les ventes de la Hyundai i30 N TCR :“La voiture est sur le marché. Vous pouvez l’acheter si vous voulez !”a-t-il lancé.

3. Même les meilleurs font des erreurs :La perte de puissance momentanée subie par le champion du Tourisme mondial Thed Björk – ayant entraîné la perte d’une position au profit d’Yvan Muller – en Course 3 n’était pas la conséquence d’un pépin technique mais d’une erreur commise par le Suédois.“J’ai éteint la voiture. Une petite erreur de ma part, je dois apprendre à ne pas la refaire.”

4. Guerrieri se fait inventeur de mots :Esteban Guerrieri s’est servi de son accrochage en piste avec John Filippi en Course 3 pour inventer un nouveau mot : Filipper.“Mon départ en Course 3 n’a pas été très bon, mais je me suis fait Filliper et c’était terminé”, a dit l’Argentin. À la décharge de Filippi, les commissaires n’ont pas estimé que l’incident méritait la moindre action de leur part.

5. Vernay a le goût du risque :Jean-Karl Vernay a admis qu’il avait pris un risque pour signer sa première victoire en WTCR OSCARO. Après son triomphe en Course 2, le pilote de l’Audi Sport Leopard Lukoil Team a déclaré :“Le départ était un petit peu serré. J’ai pris un risque parce que je voulais gagner cette course, pour prouver à mon équipe qu’elle avait fait le bon choix en m’engageant.”