News

Cinq questions rapides à Attila Tassi

2019-08-16T18:00:56+02:00août 16th, 2019|2019, WTCR Race of China 2019|

Après avoir décroché sa première pole position DHL en WTCR – FIA World Touring Car Cup présenté par OSCARO au Portugal, Attila Tassi se rendra en Chine avec une confiance gonflée au maximum.

Le Hongrois motorisé par Honda dévoile son idole de course, et parle de ses débuts en hockey sur glace.

Qu’est-ce qui vous a fait choisir le numéro 9 ?
« Mon premier sport était le hockey sur glace, j’ai commencé quand j’avais cinq ans et depuis le début, j’ai gardé numéro neuf. C’était mon chiffre porte-bonheur et partout où je vais, je m’en tiens au numéro neuf. »

Qui se joindrait à vous sur votre podium idéal ?
« Lewis Hamilton parce que c’est mon idol,e et ce serait évidemment un grand plaisir d’avoir Tiago Monteiro. Nous avons construit une très bonne relation dès le début de la saison et nous avons une bonne complicité même en-dehors d’un week-end de course. Et je veux le voir sur le podium ! »

Si vous pouviez ajouter une 11e piste au calendrier du WTCR, que choisiriez-vous ?
« L’A1 Ring en Autriche. Quand j’ai commencé à courir à l’âge de 12 ans, c’était ma première course où je me suis imposé. J’aime beaucoup le dénivelé de la piste et ses caractéristiques. Et nous avons pu voir en Formule 1 que c’était un circuit très compétitif et très excitant. Et parce qu’on se touche très légèrement en permanence en supertourisme, on pourrait faire une course encore plus spectaculaire. »

Avez-vous un rituel d’avant course que vous suivez toujours ?
« Je fais toujours 15 à 20 minutes d’échauffement, donc quand je monte dans la voiture, je transpire beaucoup. Je me sens aussi un peu fatigué, mais nous avons mesuré que je suis ce type de personne qui a besoin de s’échauffer beaucoup plus pour se sentir fatigué sinon je ne me réveille pas assez vite dans la voiture. Donc, à chaque fois, je m’échauffe comme ça avant chaque séance. »

Que ferez-vous quand vous arrêterez de courir ?
« Je veux que la course soit mon métier pendant des années, comme Gabriele Tarquini. »