News

Cinq questions rapides à Kevin Ceccon

2019-08-19T21:00:00+02:00août 19th, 2019|2019, WTCR Race of China 2019|

Kevin Ceccon rejoindra le héros local Ma Qing Hua dans le team Mulsanne motorisé par Alfa Romeo lors de la WTCR Race of China du 13 au 15 septembre. L’Italien parle de Kubica, de menuiserie et de simulateurs.

En quoi consistent vos rituels d’avant course ?
« J’aime faire du simulateur la semaine de la course. J’aime faire une heure et demie de vélo avant de quitter ma maison. Avant la course, j’écoute ma musique, mais je parle aussi avec les gens autour de moi, mais je ne parle pas de course, je veux juste avoir l’esprit clair. Il n’y a pas une musique en particulier que j’aime. Je change beaucoup et ça dépend de mon humeur, de la musique disco à la musique plus sombre. »

Qui choisiriez-vous pour vous rejoindre sur votre podium idéal ?
« Robert Kubica, car c’est l’un de mes meilleurs amis. Je le connais très bien et j’ai beaucoup appris de lui. Je parle toujours beaucoup de courses avec lui. J’ai neuf ans de moins, et nous n’avons jamais été en compétition l’un contre l’autre. Si je devais choisir quelqu’un du passé, je pense à Nikki Lauda, une véritable légende. »

Si vous pouviez ajouter une 11e course au calendrier du WTCR – FIA World Touring Car Cup présenté par OSCARO, que choisiriez-vous ?
« J’aimerais avoir une course en Italie à Imola. Je sais que Gabriele [Tarquini] aimerait le Mugello, mais c’est à moi de choisir parce que je suis le plus jeune ! »

Quand vous arrêterez de courir, que ferez-vous pour vous occuper ?
« Je travaille déjà quand je suis à la maison. Nous faisons de la menuiserie, de l’acier, du sablage et de la peinture. J’ai une double vie, pilote de course le week-end et ce que je viens d’évoquer quand je suis à la maison. J’ai déjà choisi ma carrière d’après-course. J’apprends encore beaucoup, mais j’essaie d’en faire le plus possible. Honnêtement, votre carrière peut durer jusqu’à 57 ans comme Gabriele ou jusqu’à 19 ans. Il y a beaucoup de pilotes avec qui je courais qui se sont déjà arrêtés. Mais j’espère rester dans le monde de la course aussi longtemps que possible. »

Pouvez-vous expliquer votre choix du numéro de course, le 31 ?
« Ça a été une décision difficile de choisir mon numéro en WTCR. J’ai choisi le 31 parce que le ‘3’ est le’E’ dans mon numéro et le’1′ est le’I’. Je l’aime beaucoup et c’est le choix que j’ai fait. »