News

Cinq questions rapides à Tiago Monteiro

2019-09-09T09:22:10+02:00septembre 6th, 2019|2019, WTCR Race of China 2019|

À une semaine de la WTCR Race of China, le vainqueur de la dernière course de WTCR – FIA World Touring Car Cup présenté par OSCARO en date, Tiago Monteiro, révèle son rêve de partager un podium avec James Hunt, évoque sa routine d’avant-course et explique ce que l’avenir lui réservera après sa retraite de pilote.

Imaginez qu’un circuit soit ajouté au calendrier WTCR / OSCARO et que la décision vous revienne, lequel choisiriez-vous ?
“J’adorerais faire Bathurst car je n’y ai jamais roulé, mais Watkins Glen est un circuit incroyable où l’on prend beaucoup de plaisir, c’est donc celui-là que je vais choisir.”

Quels pilotes vous rejoindraient sur votre podium de rêve, provenant de n’importe quelle catégorie et n’importe quelle époque ?
“Je ne vais citer personne du WTCR car j’ai partagé de nombreux podiums avec des pilotes comme Gabriele Tarquini, Yvan Muller et bien d’autres, et j’ai énormément d’amis en WTCR. Je vais donc choisir Benoît Tréluyer et James Hunt. Benoît a été mon premier coéquipier en monoplace et c’est un très bon ami, je l’apprécie vraiment en tant que personne et c’est un pilote brillant. Je ne peux pas dire que je suis fanatique de James Hunt mais on ne pouvait qu’aimer son attitude et son approche du sport auto. Il était différent des autres, et si on veut un podium fun, il faut soit Tom Coronel, soit James Hunt.”

Y a-t-il une routine d’avant-course que vous suivez toujours ?
“J’essaie de ne pas trop verser dans la superstition, je ne suis pas très superstitieux et je ne veux pas m’enfermer dans ce genre de rituel, car si je l’oublie un jour, ça me fera stresser et je ne serai pas focalisé sur l’essentiel. Mais j’ai plus ou moins une routine. J’essaie de me concentrer, je m’échauffe un peu, j’écoute de la musique et j’essaie de fermer les yeux pendant 10 ou 15 minutes.”

Pourquoi arborez-vous le numéro 18 sur votre Honda Civic Type R TCR du team KCMG ?
“Le numéro 18 a toujours été important pour moi, même quand j’étais petit avant de rêver d’être pilote de course. Et parce que j’étais le numéro 18 quand j’étais en Formule 1, j’ai demandé à le garder quand je suis passé en WTCC. C’est ma marque de fabrique depuis de nombreuses années et je suis très content qu’Eurosport Events et François Ribeiro soient allés dans cette direction et aient donné davantage d’importance et de sens aux numéros.”

Et quand vous arrêterez de piloter, comment vous occuperez-vous ?
“Je resterai impliqué en sport auto d’une façon ou d’une autre. Je suis le manager de 14 pilotes actuellement et j’ai ma propre entreprise qui est un programme de jeunes pilotes et qui se développe chaque année. C’est ma vie des 22 ou 23 dernières années, et on ne veut pas jeter ça par la fenêtre en ne travaillant plus en sport auto.”