News

Guerrieri : soutenu par Honda, inspiré par Senna

2020-03-28T06:00:41+01:00mars 28th, 2020|2020|

Esteban Guerrieri, pilote Honda en WTCR pour le compte du ALL-INKL.COM Münnich Motorsport a révélé comment Ayrton Senna l’a inspiré dans sa carrière.

Dans une interview publiée par Honda Racing, l’Argentin parle de ses premiers souvenirs du triple champion du monde de Formule 1 et de la façon dont un conseil l’a aidé dans sa carrière jusqu’à son statut de pilote de référence en WTCR – FIA World Touring Car Cup.

“J’ai toujours été un fan de Senna”, a déclaré Guerrieri, l’un des prétendants au titre WTCR en 2020. “C’est une icône pour beaucoup, beaucoup de gens, surtout en Amérique du Sud, et il a toujours été une inspiration pour moi.”

“À cinq ans, j’ai commencé à piloter des karts et à sept ans, j’ai commencé à faire de la compétition. Je me souviens que j’aimais beaucoup regarder les courses et la F1 dans ces années du début des années 90, et je ne comprenais pas vraiment comment Ayrton gagnait autant, mais cela me fascinait. Avec le recul, je ne comprenais pas ce que c’était que de courir à ce niveau, mais je savais que j’aimais ça, et surtout Ayrton.”

“Quand j’étais enfant, je pense qu’il était mon héros parce qu’il gagnait – vous regardez toujours le gars le plus rapide. Mais plus je m’intéressais à lui, plus j’apprenais à connaître sa personnalité et c’est quelque chose qui est devenu encore plus spécial pour moi chez Senna, et dont j’ai vraiment beaucoup appris et que j’essaie toujours de mettre en pratique dans ma vie.”

“J’ai entendu Ayrton dire dans une interview que pour être pilote de Formule 1, il faut parler anglais et s’y connaître en informatique. À l’époque, j’allais à l’école juste de 8 heures à 12 heures, les journées étaient donc courtes. Quand j’ai entendu Ayrton dire qu’il fallait apprendre l’anglais, j’avais sept ans et j’ai dit à ma mère : “Je ne veux plus aller dans cette école, je veux aller dans une école où on m’apprend l’anglais. Écoute, Ayrton Senna a dit que pour être pilote de Formule 1, il faut apprendre l’anglais, donc je dois changer d’école”.

“Elle a compris et a fait en sorte que cela se produise et quand j’ai eu huit ans, j’ai changé d’école. J’ai commencé à aller à l’école de 8 heures du matin jusqu’à 5 heures de l’après-midi. Imaginez que, à huit ans, j’ai choisi de passer plus de temps à l’école ! C’est dire à quel point je croyais en Ayrton et à quel point je faisais confiance à où mon propre parcours me mènerait, même à ce moment-là.”

“Pendant toutes les heures d’école supplémentaires, j’ai appris l’anglais. Cela a été évidemment très utile, et c’est l’une des premières choses qu’Ayrton m’a apportées ; la première chose dont je me souviens de l’avoir entendu dire que j’avais vraiment intégré.”

“Je me souviens quand j’avais neuf ans et que j’ai commencé à comprendre la course elle-même. J’étais assis devant la télévision et je regardais toute la course pour comprendre tous les petits détails. Mais, en 1994, il s’est tué à Imola. C’était un gros choc pour moi parce que je commençais à comprendre à quel point il était important et à quel point c’était un grand pilote.”

“Après cela, j’ai vraiment commencé à lire et à regarder encore plus de choses sur Senna.”

“Il a vraiment été le premier à donner de l’importance à l’aspect physique de la course, alors j’ai aussi pris conscience que la forme physique était très importante. Tout ce que je voyais ou lisais sur lui, j’essayais de le mettre en pratique dans ma vie, et c’est pourquoi il est devenu mon inspiration. Aujourd’hui encore, j’ai la même approche, et si je vois quelqu’un d’autre faire un meilleur travail, j’essaie de comprendre pourquoi, afin de pouvoir m’améliorer”.