Ils ont dit quoi ? La réaction des trois premiers après la Course 2 de la WTCR Race of Hungary

2020-10-18T16:47:32+02:00octobre 18th, 2020|2020|

Yann Ehrlacher, Yvan Muller et Jean-Karl Vernay, mais aussi Attila Tassi, ont pris part à la conférence de presse virtuelle suivant la Course 2 de la WTCR Race of Hungary. Voici ce qu’ils avaient à dire.

Q :
Yann, vous portez votre avance au championnat à 40 points après avoir pris un départ fantastique pour faire une course brillante.

YE :
Oui, tout d’abord, félicitations aux gens qui m’accompagnent sur le podium. Nous avons pris un bon départ, Yvan et moi. Nous avons réussi à passer la CUPRA, puis Yann m’a laissé passer et m’a couvert pendant toute la course, cela a donc été un vrai travail d’équipe. Je l’en remercie vraiment. Puis j’ai dû gérer mon rythme et ne pas faire d’erreur, être prudent avec les pneus, car je savais qu’en cas d’entrée en piste de la voiture de sécurité, creuser un écart de dix secondes ne servait à rien. Une victoire avec grille inversée n’a jamais la même saveur qu’une vraie victoire, mais ce sont de bons points et j’en ai besoin.

Q :
Cela s’avère être un bon week-end finalement, pour vous qui n’étiez pas dans le rythme avant les qualifications. Vous partirez de plus loin pour la Course 3, mais il y a du potentiel pour remonter…

YE :
Ou finir dans le rail, aussi, quand on voit ce qu’il se passe en milieu de fond de grille – ça ressemble à une guerre. Ça va être excitant et je vais essayer de tracer mon chemin de la façon la plus sûre qui soit. On ne sait jamais ce qui peut arriver, mais pour moi, le week-end est déjà bon. Après les EL2, nous étions une seconde et demie derrière et maintenant, nous sommes de retour dans le jeu avec deux podiums. Nous allons juste essayer de continuer comme ça.

Q :
Yvan, votre départ a été génial et vous avez fait du bon travail en maintenant Jean-Karl Vernay derrière vous, permettant presque à Santiago Urrutia d’assurer un triplé Lynk & Co.

YM :
Non, je n’ai pas fait cela pour Santi, j’étais inquiet, car l’Alfa est très légère et je m’inquiétais aussi de l’état de nos pneus avant en fin de course, car l’usure est plus importante sur notre voiture. C’est pourquoi j’ai juste maintenu un écart suffisant pour donner un peu d’air à Yann au cas où JK pourrait me dépasser. Et en même temps, je voulais avoir une piste claire devant moi, car quand ont suit une voiture de près, on a un gros survirage. Il n’y avait aucun intérêt à rester près de Yann, car je ne l’aurais pas attaqué et au moins, je préservais mes pneus.

Q :
C’est un résultat fabuleux pour Lynk & Co, non ?

YM :
Oui, un résultat génial pour Lynk & Co et Cyan Racing. Nous menons probablement le championnat équipes avec encore plus d’avance et Yann a augmenté son avantage au championnat pilotes, c’est donc n beau travail d’équipe et j’aimerais y associer Thed Björk et Santi.

Q :
Jean-Karl, vous êtes très bien parti, mais votre relance après la voiture de sécurité aurait pu être meilleure. Que s’est-il passé ?

JKV :
J’ai été très content de mon départ et aussi de celui qui a suivi la voiture de sécurité, c’était notre stratégie, disons. Comme Yvan l’a dit, il gérait… C’était une affaire de famille, ce qui est assez acceptable, c’est leur stratégie. Mais j’ai dû faire avec, car Yvan me ralentissait un petit peu et Santi revenait sur moi, je devais donc m’occuper des deux. Je me suis donc dit : « OK, essayons de rester calme, pas d’erreur, creuse un écart quand tu peux, essaie de ralentir n petit peu tout en étant sûr que Santi ne te dépassera pas. »Et c’est tout. Ce n’est pas comme si j’avais été assez rapide pour passer Yvan, et je suis content de ce podium. C’est un bon résultat pour nous, je suis super-content de l’équilibre de la voiture. Ce circuit n’a pas été le meilleur circuit pour les Alfa Romeo ces deux dernières années, et je pense que notre constance depuis le début de l’année est un très bon point, nous allons essayer de continuer comme ça. Je suis très content du travail de l’équipe et maintenant, nous avons une autre course et devons prendre un autre bon départ. Sixième [sur la grille], ce n’est pas si loin, et j’espère inscrire de bons points.

Q :
Oui, vous démarrez sixième alors qu’Azcona et Girolami pourraient ne pas repartir, vous avez donc une bonne chance de gagner des places.

JKV :
Ce n’est pas la façon dont nous voulons courir, et j’espère qu’ils seront bien présents. Maintenant, j’ai vraiment découvert l’Alfa et je sais comment elle fonctionne, j’ai beaucoup travaillé sur ma coordination et les quatre derniers départs ont été excellents, alors… Je sais exactement ce que j’ai à faire, je vais essayer de faire aussi ben et on verra au premier virage. Comme Yann et Yvan l’ont dit, c’est un peu la foire au premier tour, il faut être malin et chanceux aussi, et c’est tout ce que je veux.

Q :
Attila, comment s’est déroulée cette course pour vous ?

AT :
Elle a été un petit peu plus calme que la Course 1. J’ai pris un bon départ, mais pas parfait. Dans le virage 1, j’ai été beaucoup trop au large, plus que je ne le voulais, alors j’y ai perdu du temps. Et puis, au virage 2, j’étais à l’extérieur et il y a eu quelques collisions devant moi, alors j’ai pu prendre un bon avantage sans abîmer ma voiture. Évidemment, j’ai fait attention à préserver la voiture pour la Course 3 parce que c’est la plus importante pour nous. Ensuite, j’ai essayé de dépasser Bence avec sa CUPRA, mais c’était tout simplement impossible parce qu’avec la vitesse qu’ils ont en ligne droite, nous n’avons aucune chance. J’ai préservé les pneus avant pendant deux ou trois tours, pour le dépasser dans le secteur deux, mais ce n’était pas suffisant, car à chaque fois qu’il y avait une ligne droite, il faisait un écart. Après cela, j’ai reçu un appel de l’équipe pour laisser passer Esteban, ce que j’ai fait. Puis il a essayé [de passer Boldizs], mais il n’a pas réussi non plus. Ensuite, je n’ai fait que suivre Esteban et j’ai aussi pris de très bons points pour cette Course 2.

Q :
Quelle est la stratégie de l’équipe pour la Course 3 ? Je ne peux pas imaginer que vous voudrez rester derrière Esteban.

AT :
Nous verrons bien. Le top 4 [sur la grille] est entièrement Honda, donc il y aura certainement des consignes d’équipe, je suppose en tout cas, mais nous verrons comment se passeront le départ et le premier tour, ensuite nous serons malins.

Q :
Est-ce que c’est comme ça que ça se décidera, en fonction de comment ça se passe après le premier virage ?

AT :
Oui, le départ n’est pas toujours bon. Parfois il est très mauvais, parfois il est très bon. Et puis, après le premier ou le deuxième tour, nous recevrons un message ou non. Nous verrons le classement entre nous quatre. Nous verrons. Bien sûr, je tout faire pour obtenir un podium qui serait un grand succès ici, chez nous, en WTCR. C’est évidemment l’objectif, mais je travaille sur un bon départ et je peux aussi “avoir” Esteban et ensuite gérer le rythme. D’abord, nous avons besoin d’un très bon départ, et ensuite, nous verrons comment cela se passera.