Interview WTCR : Gilles Magnus

2020-07-07T10:05:11+02:00juillet 7th, 2020|2020|

Gilles Magnus, 20 ans, va passer en WTCR – FIA World Touring Car Cup cette saison sur une Audi RS 3 LMS de Comtoyou Racing avec le soutien total du RACB National Team. Voici ce que le talent belge avait à nous dire.

Comment cette chance de monter en WTCR s’est-elle présentée ?
Nous avions déjà annoncé au début de l’année que nous ferions du TCR Europe, ce qui était déjà une belle opportunité après avoir gagné une course en 2019. Puis Geoffroy Theunis, du RACB, a commencé à me parler du WTCR comme d’une possibilité mais je n’étais pas sûr que ça se ferait. Mais il y a quelques jours, il m’a appelé et m’a dit : “Tout est OK et nous allons faire du WTCR”. C’est donc un rêve devenu réalité. Je n’ai que 20 ans et je ne l’ai pas vu venir, ce qui rend la chose encore plus spéciale – et je suis très excité. C’est un championnat fabuleux avec des noms fabuleux comme Muller, Tarquini, Coronel, tous de grands pilotes avec beaucoup d’expérience.

Vous venez de mentionner quelques grands noms et il y en a d’autres.Êtes-vous prêt ?
On se sent toujours prêt à plus et je me sens clairement prêt. Bien que je n’ai qu’une année d’expérience en ERC, je me suis adapté très rapidement. Le WTCR est quelque chose de spécial et à ce niveau encore plus relevé aussi, je m’adapterai rapidement et espérons que je pourrai faire quelques résultats. Bien que le niveau soit très élevé, faisons de notre mieux et on verra.

Est-ce important de poursuivre avec votre équipe de 2019, Comtoyou Racing, et une voiture que vous connaissiez bien, l’Audi RS 3 LMS ?
C’est une bonne chose, je connais tout le monde. C’est pareil que de faire une autre saison en TCR Europe, avec juste un niveau plus élevé. L’équipe est la même, avoir un an d’expérience avec les mêmes personnes est donc très bien. C’est toujours un avantage.

Parmi les pistes du calendrier, vous connaissez le Hungaroring mais qu’en est-il des autres ?
Je connaissais le Hungaroring mais aussi Aragón, j’y ai fait quelques courses en monoplace. Mais toutes les autres sont nouvelles pour moi. Ce ne sera pas facile, mais j’aime le défi.

Et le défi n’est-il pas encore plus grand sur la Nordschleife du Nürburgring ?
Ça a toujours été un rêve d’y aller, d’y piloter. J’ai fait une course de 24 heures sur le Nürburgring, mais dans un simulateur. Au moins, je sais où la piste tourne à gauche et à droite. Mais une fois sur la vraie piste, ce sera différent avec tous les dénivelés et tous les détails. Bien sûr, il y aura un peu de travail pour apprendre tout ça.

Qu’est-ce que le soutien du RACB signifie pour vous ?
C’est une énorme opportunité pour les pilotes belges, non seulement en WTCR mais aussi en monoplace. Ils ont fait de Stoffel Vandoorne un pilote de Formule Un et Thierry Neuville est là où il est grâce au RACB. C’est un réel honneur d’en faire partie et il serait fabuleux que chaque pays ait la même organisation. Je suis très content, je réalise la chance et l’opportunité que j’ai maintenant. Je me pousse vraiment moi-même pour en tirer le meilleur.

Photo : RACB