News

Le rookie Magnus se livre sur WTCR Fast Talk by Goodyear

2020-07-22T12:00:56+02:00juillet 22nd, 2020|2020|

Dans le podcast WTCR Fast Talk présenté par Goodyear de cette semaine, l’animateur Martin Haven s’entretient avec Gilles Magnus, le jeune Belge de 20 ans qui participe cette saison au WTCR – FIA World Touring Car Cup en tant que candidat au nouveau Rookie Driver Award.

Avec le soutien de l’équipe nationale du RACB, le programme de recherche et de développement de talents de l’ASN nationale belge, Magnus était parti pour une deuxième saison en TCR Europe. Mais avec le passage du WTCR à un format de six épreuves, uniquement en Europe en réponse à la pandémie de coronavirus, l’opportunité s’est présentée à Magnus de passer au niveau supérieur de la catégorie TCR.

Au volant d’une Audi RS 3 LMS du Comtoyou Racing, Magnus suivra les traces de ses camarades Mikel Azcona, Luca Engstler et Attila Tassi en passant du TCR Europe à la WTCR, où il sera éligible pour le nouveau Rookie Driver Award pour 2020. Ce prix est destiné aux pilotes de moins de 23 ans au 1er janvier 2020 qui n’ont pas participé à plus de trois épreuves du WTCR ou du championnat du monde des voitures de tourisme de la FIA auparavant.

Magnus a pu s’inscrire en tant que concurrent sur la saison complète après que la FIA a rouvert les inscriptions au WTCR pour une période limitée, en raison de l’intérêt croissant des pilotes. Son statut de troisième pilote du Comtoyou Racing est autorisé en vertu du règlement sportif, qui permet aux équipes de deux voitures de passer à une formation de trois voitures si elles comprennent un pilote débutant.

Dans le premier des deux podcasts WTCR Fast Talk présentés par Goodyear, Magnus explique comment sa carrière a commencé par des courses de karting en salle avec son père et son frère aîné, suivies d’une ascension dans les divisions du karting belge. Il parle de son passage réussi à la Formule 4 française, du saut vers la Formule Renault 2.0 NEC et du temps passé à courir dans la série VdV.

“Nous avions tous la même passion pour la course, nous avons commencé très jeunes à faire du karting en salle et en extérieur”, se souvient Magnus. “Mon frère a obtenu de bons résultats en karting, bien qu’il n’ait pas continué, il m’a mis le feu aux fesses parce que vous voulez toujours vous mesurer à votre frère.”

“J’avais environ huit ans quand nous avons commencé et j’ai dû conduire avec les karts plus lents, les karts pour enfants, mais je n’aimais pas ça. Je n’avais pas la taille pour aller dans les grands karts, mais finalement, après quelques discussions avec les gens du karting en salle, ils m’ont laissé monter dans les grands karts et je me souviens que la vitesse était extraordinaire. C’était le moment où je pensais que je voulais me développer dans ce sport et faire cela toute ma vie. Ils n’allaient qu’à 50 km/h, mais j’avais l’impression de rouler à 300 km/h.”

Bien que son passage au karting en extérieur à l’âge de 11 ans en tant que champion de Belgique de karting en salle en 2010 ait été difficile au début, ce que Magnus attribue à ses débuts plus tardifs que la normale, il s’est rapidement adapté et a continué à concourir avec succès au niveau international, guidé par Franky Saeys.

Il est passé à la Formule 4 française pour 2016, a décroché un triple podium lors de son deuxième week-end sur le circuit urbain de Pau et a gagné au Mans, autant de nouveaux circuits qu’il a pu maîtriser grâce à sa capacité à “s’adapter très vite à de nouvelles situations”. Il a également remporté un succès en Formule Renault 2.0 NEC en 2017, où il a fait preuve d’une formidable résistance lors de la manche de Spa-Francorchamps.

Après être sorti de la route au Raidillon à près de 200 km/h lors de la première course suite à un contact avec un rival, Magnus est resté inconscient pendant deux minutes, durement touché à la jambe. Conscient que le titre serait perdu s’il ne pouvait pas courir le lendemain, Magnus s’est battu pour franchir la barrière de la douleur, tandis que ses mécaniciens travaillaient toute la nuit pour mettre au point un nouveau châssis. Héroïquement, il a gagné la course, maintenant son rêve de titre jusqu’à la finale de Hockenheim, où il cependant a perdu pour deux points après une saison difficile avec un châssis plus ancien et peu compétitif.

Le podcast WTCR Fast Talk de Gilles Magnus, présenté par Goodyear, le fournisseur officiel de pneus du WTCR, est présenté par Martin Haven et disponible en deux parties sur FIAWTCR.com et sur d’autres supports. La première partie est disponible à 12h00 CET aujourd’hui (22 juillet). La deuxième partie suivra à 12h00 CET le 24 juillet, où Magnus expliquera comment il a couru en 2018 et obtenu sans doute les plus grosses bourses d’études du sport automobile belge. Cliquez ici pour écouter ou suivre ce lien : https://www.fiawtcr.com/wtcr-fast-talk/