Les pilotes WTCR révèlent leurs souvenirs sur deux roues

2020-01-11T06:00:40+01:00janvier 11th, 2020|WTCR Race of Malaysia 2019|

Le WTCR – FIA World Touring Car Cup et le FIM Endurance World Championship ont uni leurs forces au Sepang International Circuit pour la première édition des Races of Malaysia, le mois dernier.

Lors de cet événement, il a été demandé aux pilotes WTCR Thed Björk, Esteban Guerrieri, Norbert Michelisz et Yvan Muller s’ils avaient déjà couru à moto. Voici ce qu’ils ont répondu.

“Quand j’étais plus jeune, je crois que la moto la plus rapide que j’aie conduite était une Simpson,” se rappelle Michelisz, pilote BRC Hyundai N Squadra Corse, qui est devenu Roi du WTCR suite à son titre remporté en Malaisie. “C’était une moto d’Allemagne de l’Est, qui faisait 3,5 ch et allait à 55 km/h, mais c’était suffisant pour moi sur deux roues car je suis meilleur sur quatre.”

Björk a montré bien davantage d’ambition que Michelisz en ce qui concerne les motos. “J’ai fait une course en Suède avec une Supersport 600,” déclare le champion FIA World Touring Car 2017. “Je me suis relativement bien qualifié mais j’ai eu un accident en course et j’ai décidé d’arrêter. J’étais à quatre secondes au tour des professionnels mais j’ai pris beaucoup de plaisir, c’était une grosse poussée d’adrénaline. On pilote une moto avec son corps de manière différente d’une voiture. Il y a beaucoup de vitesse, on sent bien l’air, mais il est désormais indiqué dans mon contrat que je ne peux pas courir à moto, donc je ne recommencerai pas !”

Son coéquipier chez Cyan Racing Lynk & Co, Yvan Muller, indique : “Une fois, j’ai piloté une Ducati. L’objectif était de toucher par terre avec le genou, et dès que je l’ai fait avec les deux, j’ai décrété que ça suffisait. Je ne suis pas tombé, et c’était assez. J’avais une combinaison toute neuve et je ne pouvais pas rentrer sans des genoux tout neufs.”

“C’était mon objectif à moi aussi,” ajoute Björk. “Cela a pris un moment [de toucher par terre avec le genou] en course, mais la sensation était bonne. Puis j’ai freiné trop fort et j’ai percuté un autre pilote, il était donc temps d’arrêter.”

Guerrieri n’envisagerait pas d’attaquer sur deux roues à moins de pouvoir faire de nombreux essais en premier lieu. Et même dans ce cas, une course serait hors de question pour l’Argentin.

Le pilote Honda de l’écurie ALL-INKL.COM Münnich Motorsport, dauphin de Michelisz dans la course au titre WTCR 2019, déclare : “Ce serait sympa de tester quelque chose pour le fun, mais pas en course, car il faut beaucoup d’entraînement. Il est plus difficile de sauter sur une moto et de trouver la limite, j’imagine, même s’il faut également être un spécialiste pour trouver la dernière seconde dans une voiture.”

Bien que ce quatuor préfère rester sur quatre roues, chacun apprécie ce week-end partagé avec les motos.

“Pour les fans, c’est bien de pouvoir regarder les deux,” souligne Björk. “En Suède, il y a quelques années, c’était très populaire de faire les deux le même week-end.”

Muller poursuit : “C’est important d’apporter quelque chose de nouveau pour les fans, c’est une bonne idée.”

“Il faut des choses qui attirent l’attention, l’EWC est un bon championnat et j’ai aimé ce meeting combiné,” se satisfait Michelisz.

“Ce que l’on voit avec les motos est très impressionnant, j’ai beaucoup de respect pour ces gars-là,” conclut Guerrieri. “C’est également bien pour les fans.”

Photo : FIMEWC.com