News

Présentation : les pilotes du WTCR prêts pour Super Suzuka en ligne et en piste

2018-10-20T11:52:06+02:00octobre 19th, 2018|2018, eSports, WTCR Race of Japan 2018|

Suzuka va être dans les jours prochains l’épicentre du World Touring Car avec une double tête d’affiche inédite sur le fameux circuit japonais – réelle mais aussi virtuelle.

Dimanche (21 octobre), le cinquième rendez-vous du championnat multijoueur Esports WTCR OSCARO se déroulera sur une version en ligne du célèbre tracé de 5,807 kilomètres. Cela servira d’excitant prélude à la WTCR JVCKENWOOD Race of Japan, avant-dernier week-end de la saison inaugurale du WTCR – FIA World Touring Car Cup présenté par OSCARO, du 26 au 28 octobre.

Vingt-quatre courses, 13 vainqueurs différents et six marques différentes victorieuses, voilà quelques-uns des chiffres clés en WTCR OSCARO. Mais le plus significatif de tous est bien le 415. Car le 26 octobre, cela fera 415 jours que Tiago Monteiro a entamé son combat pour se remettre de sérieuses blessures à la tête et à la nuque subies dans un accident lors d’essais en Espagne, une lutte courageuse qui va culminer avec son retour à la compétition tant attendu et chargé en émotion.

Il y a des fois où la situation paraît très morne, mais je n’ai jamais perdu espoir que ce jour arriverait et cela m’a aidé à rester plus que jamais déterminé à revenir là où je veux être”, dit Monteiro, qui retrouvera donc enfin la Honda Civic Type R TCR #18 du Boutsen Ginion Racing sur un week-end de course. “Me rendre sur les courses toute l’année et regarder les autres faire ce que je devrais faire a été déchirant à l’intérieur. Le fait que je fasse mon retour sur le circuit maison de Honda – l’endroit où j’ai pris mon premier départ en WTCC avec eux en 2012 – est aussi très spécial et une façon géniale de les remercier pour la foi et le soutien qu’ils ont montré envers moi tout au long de ma période de récupération.”

Pas d’objectif, Monteiro simplement content de revenir
Tiago Monteiro ne se fixe aucun objectif alors qu’il se prépare pour son premier week-end de course depuis la WTCC Race of Argentina en juillet 2017. “Je n’arrive même pas à exprimer combien ça fait du bien de revenir”, ajoute le Portugais. “Je veux juste me faire plaisir, être à l’aise et jouer à mon propre rythme avant de revenir à temps plein en 2019. Je suis très reconnaissant envers tous les professionnels de santé qui m’ont aidé durant ma convalescence, ma famille, mes amis et mes supporters. Vous avez été fabuleux durant toute cette période difficile.”

Un “Fast Friday” pour les pilotes du WTCR
Le vendredi 26 octobre, il s’agira d’être aussi rapide que possible avec non pas une mais deux séances de qualification pour la WTCR JVCKENWOOD Race of Japan. À 13h00, heure locale, 25 pilotes tenteront de s’assurer la meilleure place sur la grille de la Course 1 du samedi. Puis à 15h30, débutera la qualification en trois phases pour la DHL Pole Position de la Course 3 du dimanche, alors que les dix plus rapides au terme de la Q2 s’élanceront en tête au départ de la Course 2.

La lutte ouverte se poursuit pour le titre WTCR
Gabriele Tarquini sera de retour à Suzuka, où il a terminé le Grand Prix du Japon 1991 à la 11e place et remporté le second de deux titres dans le Championnat du Monde des Voitures de Tourisme en 2014, en tête du classement Pilotes. Cependant, son avantage sur Thed Björk – novice à Suzuka – et Yvan Muller, deuxièmes ex æquo, n’est que de sept points tant la lutte pour le titre est ouverte en 2018. En effet, après 24 courses, le top 10 se tient en 79 points alors qu’un maximum de 87 est possible au Japon. Pepe Oriola (Cupra) mène la chasse au trio Hyundai de tête devant Jean-Karl Vernay (Audi), Esteban Guerrieri (Honda), Norbert Michelisz (Hyundai), Frédéric Vervisch (Audi), Yann Ehrlacher (Honda) et Rob Huff (Volkswagen).

Shedden vise le frisson de la victoire en WTCR
Gordon Shedden n’a pas l’intention de se contenter d’une seule victoire dans le WTCR – FIA World Touring Car Cup présenté par OSCARO. Le Britannique a mis fin à sa disette avec une remarquable première place de la Course 3 sur la WTCR Race of China-Wuhan ce mois-ci, où il est aussi devenu le TAG Heuer Most Valuable Driver (MVD) pour la première fois. Désormais, le pilote de l’Audi Sport Leopard Lukoil Team veut remettre ça à Suzuka.“Wuhan a été un week-end génial pour moi”, dit le triple vainqueur du British Touring Car Championship (BTCC). “Mon premier podium, ma première pole et ma première victoire, grâce à Audi Sport, Leopard et Lukoil et WRT, espérons que ce ne soit que le début d’une fin de saison géniale.”

Suzuka en GT peut-il avantager Vervisch ?
Frédéric Vervisch est déjà en tête de la lutte pour gagner la WTCR JVCKENWOOD Race of Japan. Le Belge a pris part à la manche de l’Intercontinental GT Challenge courue à Suzuka en août, sur une RS 8 LMS de l’Audi Sport Team WRT, ne manquant le podium qu’à cause d’une crevaison. Si certains des rivaux de Vervisch ont une expérience du tracé japonais acquise en Championnat du Monde des Voitures de Tourisme, celui-ci est nouveau pour plusieurs autres et le pilote Audi aura certainement la connaissance la plus à jour de la piste, comme du défi qu’elle représente, quand l’action débutera le 26 octobre. “J’ai appris beaucoup mais c’est un circuit très difficile”, dit Vervisch, qui pilote une RS 3 LMS de l’Audi Sport Team Comtoyou en WTCR. “L’asphalte est, comment dire, très étrange, pas ce à quoi je suis habitué, et on verra peut-être un peu de dégradation des pneus à la fin des courses.”Interrogé sur ce à quoi le public regardant du bord de piste et en direct à la télévision peut s’attendre en termes de compétition, il a ajouté : “C’est une piste très rapide avec deux endroits où l’on peut clairement dépasser.”

Suzuka, deuxième rendez-vous à la maison pour Coronel
Tous les pilotes WTCR n’ont pas de course à domicile mais Tom Coronel, lui, en a deux. Le Néerlandais a vécu cinq ans au Japon et y a décroché quelques-uns de ses plus gros succès en sport automobile, y compris des titres en Formule 3 et Formula Nippon, ce qui fait de la WTCR JVCKENWOOD Race of Japan un second rendez-vous à domicile pour lui avec sa Honda du Boutsen Ginion Racing. “Le tournant de ma carrière est survenu au Japon car j’arrivais d’Europe où je n’avais pas de budget pour continuer mais les Japonais m’ont très bien soutenu. Et Suzuka a été dessiné par un Néerlandais, John Hugenholtz, qui a aussi dessiné Zandvoort dans mon pays. Monsieur Honda a tellement aimé Zandvoort, avec ses montées et ses descentes, qu’il a demandé à monsieur Hugenholtz de faire pareil pour lui quand il a créé Suzuka. C’est un de mes préférés du fait de la combinaison des virages. Quand on voit la piste en arrivant, on est déjà content. On a un peu la larme à l’œil.”

Bánki de retour aux commandes de l’Esports WTCR OSCARO
Bence Bánki est de retour en tête du championnat multijoueur Esports WTCR OSCARO – bien que n’ayant pas piloté depuis le dernier rendez-vous sur le Slovakia Ring virtuel en septembre. Le pilote Volkswagen Florian Hasse pointait en tête mais une pénalité pour un incident avec Attila Dencs sur la manche slovaque, ainsi qu’une place de 16e en pré-qualifications, en ont fait un rendez-vous difficile pour lui. C’est une tout autre histoire pour Bánki (Oscaro eSports by SDL / Honda), puisque le Slovaque s’est imposé devant Nikodem Wisniewski et Redoine Messaoud. Kevin Siggy Rebernak est remonté à la deuxième place du championnat, et le Slovène aborde la course Esports WTCR OSCARO de Suzuka très en confiance après avoir remporté un autre tournoi de simulation, la Mercedes-AMG eRacing Competition. Rebernak y a utilisé l’Audi RS 3 LMS en qualifications mais retrouvera son habituelle Hyundai i30 N TCR dimanche soir. Plusieurs pilotes bien réels ont fait une apparition dans le cadre de leur préparation pour la WTCR JVCKENWOOD Race of Japan à venir. Mato Homola s’est montré le plus rapide, presque une seconde devant Yann Ehrlacher, tous deux ayant eu à former Ferenc Ficza, qui a couru pour le Zengő Motorsport durant la saison 2016. Celui-ci s’est classé 34e, au milieu de quelques-uns des pilotes de simulation les plus rapides au monde. James Kirk et Robert Wiesenmüller apporteront leurs commentaires d’experts sur la diffusion en direct, qui débutera à 19h00 CET le 21 octobre. Cliquez ici pour suivre en direct sur Facebook ou ici pour le faire sur YouTube.

Une nouvelle ère qui se renforce encore et encore
Avec un règlement destiné à promouvoir les dépassements à chaque virage, une grille regroupée comptant quatre champions du monde et une série de pilotes titrés au niveau national et international en voitures de tourisme, une abondance d’espoirs prometteurs, d’anciens pilotes de Formule 1 et sept marques engagées à travers des clients, le décor est planté pour un passionnant spectacle à Suzuka qui comprendra aussi la finale de la Super Formula. Le WTCR – nouveau nom du Championnat du Monde des Voitures en 2018 – propose trois courses par week-end, plus une seconde chasse au DHL Pole Position Award avec non plus une mais deux séances de qualification. On trouve aussi le trophée du TAG Heuer Most Valuable Driver, revenant au pilote marquant le plus de points sur l’ensemble de chaque week-end, et le TAG Heuer Best Lap Trophy. En plus de la couverture télévisée en direct et en mondovision, la Course 1 sera diffusée dans certains pays sur Facebook et wtcr.oscaro.com – site internet du WTCR Series Presenting Partner et leader mondial des ventes en ligne de pièces détachées d’origine.