Question-réponse avec le champion de la série de pré-saison Esports WTCR, Yann Ehrlacher

2020-07-20T12:00:01+02:00juillet 20th, 2020|2020, eSports|

Avec deux victoires et 186 points, Yann Ehrlacher, 24 ans, de l’équipe Cyan Racing Lynk & Co, est le vainqueur du championnat d’avant-saison WTCR Esports, qui a été décidé au cours d’une bataille pour le titre à sept pilotes sur un circuit international virtuel de Sepang la nuit dernière (dimanche). Voici ce que le Français avait à dire après son triomphe sur la plateforme RaceRoom Racing Experience.

Quelle est l’importance de remporter le titre Esports WTCR d’avant-saison ?
“C’est toujours bon pour la motivation, la confiance en soi. C’est seulement virtuel, mais comme nous pouvons de plus en plus comparer le virtuel au réel, c’est toujours bon de gagner une compétition quand vous êtes un compétiteur et que vous voulez tout gagner, au fond. C’est comme essayer de jeter une boule de papier dans une poubelle, c’est une petite victoire quand vous y arrivez, et c’est la même chose pour tout type de défi. Mais celui-ci est davantage lié à ce pour quoi nous sommes ici cette année et je suis heureux d’avoir gagné. C’est un bon début avant la vraie saison”.

Mais ce n’était pas la meilleure façon d’entamer ce championnat quand vous vous êtes accroché au premier virage du premier tour au Salzburgring avec Mikel Azcona ?
“Je ne suis pas un grand professionnel de la simulation et j’ai eu un problème quand nous avons fait la série Beat the Drivers contre les simracers professionnels plus tôt cette année. Il y avait une certaine pression sur le frein à main, donc le jeu ralentissait ma voiture. Mais cinq minutes avant le Salzburgring, je l’ai découvert et j’ai résolu le problème. Avant, j’étais très lent et je disais que je ne voulais pas m’entraîner, je faisais juste les courses pour être sur la grille. Au premier virage du Salzburgring, j’ai freiné trop tard, n’anticipant pas que les freins seraient froids, et j’ai heurté Mikel. C’était un début difficile, mais ensuite ça s’est un peu mieux passé”.

Quand diriez-vous que votre situation s’est vraiment améliorée ?
“Au Hungaroring, j’ai eu un contact avec Azcona, c’était peut-être la revanche du Salzburgring ! Ensuite, nous n’avons plus eu d’accrochage dans les courses et au Slovakia Ring, ça s’est bien passé et j’ai gagné. Nous avons aussi gagné à Ningbo. Dans les courses où nous n’avions pas d’accrochage, nous étions rapides et nous avons gagné”.

Qu’avez-vous pu retirer de votre participation à ce championnat Esports WTCR d’avant-saison ?
“Le but du simulateur est d’être un outil pour apprendre les pistes et nous passons des heures sur le simulateur sur toutes ces pistes pour vous rappeler le circuit, l’environnement autour de la piste, pour avoir l’impression d’être à cet endroit même si ce n’est que virtuel. Pour moi, le Salzburgring était complètement nouveau, je n’avais aucune idée du circuit, mais maintenant je connais la piste, donc l’Esports WTCR de présaison était un bon outil pour cela”.

Vous avez gagné en WTCR virtuellement mais il vous reste maintenant quelques semaines pour attendre que le vrai championnat commence en Autriche en septembre. A quel point êtes-vous impatient que l’attente se termine ?
“Je ne peux pas décrire cela, c’est la seule chose que j’attends au réveil. Je vais me coucher en pensant que demain c’est le jour de la course, mais je me réveille et je réalise que ce n’est pas le jour de la course, alors vous espérez que demain sera le jour de la course ! J’attends juste que ça commence, je ne me souviens pas avoir été si impatient de commencer la saison”.