Résumé de course : Michelisz devient Roi du WTCR lors d'une super-finale passionnante à Sepang (Malaisie)

2019-12-15T23:00:57+01:00décembre 15th, 2019|2019, WTCR Race of Malaysia 2019|

Au terme de la saison 2019, Norbert Michelisz est le nouveau Roi du WTCR, suite à une super-finale passionnante pour la première édition des Races of Malaisia, avec des courses animées sur deux roues comme sur quatre.

En plus des trois courses sous haute tension qui composaient le meeting décisif de la saison en WTCR / OSCARO, l’on retrouvait également les 8 Heures de Sepang, deuxième manche du FIM Endurance World Championship en moto.

Si YART Yamaha a eu du succès sur deux roues, c’est le Hongrois Michelisz qui était à la fête sur quatre, couronné grâce à sa victoire en Course 1 et aux points marqués lors des deux épreuves suivantes, qui ont été remportées par Esteban Guerrieri et Johan Kristoffersson respectivement.

Guerrieri a pris la tête de la Course 1 depuis la neuvième place dès le premier tour et s’est ainsi maintenu dans la bataille pour le titre en réduisant l’avance de Michelisz à dix points alors qu’il ne restait qu’une manche, laquelle s’est achevée par une sensationnelle victoire pour Kristoffersson, qui partait 22e sur la grille.

Kristoffersson (SLR Volkswagen) a triomphé au terme d’une passionnante bataille à quatre pour la victoire, qui a coûté à Guerrieri ses chances de titre WTCR / OSCARO. Lors des premiers tours, l’identité du champion virtuel changeait presque à chaque virage entre Guerrieri et Michelisz, mais l’ALL-INKL.COM Münnich Motorsport Honda aa subi une perte de puissance, probablement à cause d’un radiateur obstrué après une excursion dans l’herbe consécutive à un contact avec Azcona dans des conditions glissantes.

“Tout d’abord, je souhaite sincèrement féliciter Esteban, car ses performances en Course 2 et en Course 3 aujourd’hui étaient incroyablement bonnes,” déclare Michelisz, pilote BRC Hyundai N Squadra Corse. “La bataille a été très disputée, nous attaquions à fond. Il a eu des problèmes techniques et moi aussi. Avant la Course 3, il semblait que je n’allais même pas prendre le départ. Mais finalement, j’y suis arrivé avec la voiture qui fonctionnait à 90%. En fin de compte, c’est incroyable. C’est juste un énorme soulagement après une longue saison. Nous n’avons pas très bien commencé, mais la seconde partie de saison a compensé ça. Remporter le championnat est quelque chose que j’espérais depuis quelques années désormais.”

Comment la lutte pour le titre s’est jouée lors d’une Course 3 passionnante
Les deux candidats au titre se sont affrontés dès le début, puisqu’ils s’élançaient de la première ligne de la grille. Michelisz, auteur de la DHL Pole Position, s’est fait déborder par l’extérieur au premier virage, Guerrieri emmenant Mikel Azcona (PWR Racing) derrière lui au second rang, sur la piste humide et illuminée par les projecteurs.

Ce trio a rapidement été rejoint par le remarquable Kristoffersson, arrivé du diable Vauvert pour composer une bataille à quatre et faire perdre une nouvelle place à Michelisz. C’est alors que la voiture de sécurité est intervenue au deuxième tour, lorsqu’Augusto Farfus a ensablé sa Hyundai dans les graviers.

Le drapeau vert a été agité au cinquième tour, et les quatre pilotes de tête nous ont offert un spectacle inoubliable. Le moment clé fut un duel entre Guerrieri et Azcona, qui a heurté l’Argentin. Ce contact a envoyé la Honda dans l’herbe, puis Guerrieri a communiqué une “perte de puissance”. Il a malheureusement chuté au classement et n’a pu que signer le meilleur tour en course une fois débarrassé de son problème.

Michelisz était ainsi assuré de remporter le titre WTCR / OSCARO et a rétrogradé au cinquième rang. Devant lui, Kristoffersson et Azcona ont été rejoints par l’Alfa Romeo Giulietta Veloce TCR de Kevin Ceccon (Team Mulsanne) pour une nouvelle lutte à trois.

Après une nouvelle brève intervention du safety car, le trio a bataillé à chaque virage jusqu’à ce que Kristoffersson prenne l’avantage sur Azcona avec un superbe dépassement par l’extérieur au dernier virage lors du 11e tour. Azcona l’a pourchassé jusqu’au drapeau à damier à la fin du 14e tour, Ceccon complétant le podium devant Frédéric Vervisch (Comtoyou Team Audi Sport) et un Michelisz soulagé. Cependant, une pénalité d’après-course pour l’incident avec Guerrieri a fait rétrograder Azcona au 14e rang, une place devant la star malaisienne du MotoGP Hafizh Syahrin, qui avait le statut de wild-card. Vervisch a hérité de la troisième place derrière Ceccon.

Coéquipier de Michelisz chez BRC Hyundai N Squadra Corse et champion 2018, Gabriele Tarquini était sixième sous le drapeau à damier mais a chuté au 18e rang, pénalisé de 30 secondes pour des infractions de pilotage. Partenaire de Guerrieri, Néstor Girolami a été promu à la cinquième position, tandis que Tiago Monteiro (KCMG) a fini sixième et Thed Björk (Cyan Racing Lynk & Co) septième. Benjamin Leuchter (SLR Volkswagen) est classé huitième devant Rob Huff, Jean-Karl Vernay, Yvan Muller, Andy Priaulx et Daniel Haglöf.

João Paulo de Oliveira a gagné le TAG Heuer Best Lap Trophy pour ses débuts en WTCR / OSCARO, tandis que l’effort collectif de Thed Björk et Yvan Muller a suffi pour que Cyan Racing Lynk & Co remporte le WTCR – FIA World Touring Car Cup présenté par OSCARO des Équipes. Le prometteur pilote malaisien Mitchell Cheah a signé son meilleur résultat du week-end avec la 16e place en Course 2 en tant que wild-card.

Michelisz a entamé le week-end en remportant la Course 1 devant Aurélien Panis, dont c’était le premier podium, et son coéquipier Tarquini. Guerrieri a réalisé une performance héroïque pour triompher depuis la neuvième place sur la grille en Course 2 devant Azcona et Kristoffersson, avant que ce dernier ne réalise sa masterclass de dépassements pour s’imposer en Course 3 depuis la 22e position sur la grille.