News

WTCR Teamwork: #4 BRC Racing Team

2020-06-23T18:00:30+02:00juin 23rd, 2020|2020|

Poursuivant la nouvelle série soulignant l’importance des équipes participant au WTCR – FIA World Touring Car Cup, Gabriele Palmitesta, directeur de l’équipe BRC Hyundai N LUKOIL Squadra Corse, estime que les années d’expérience et la passion du sport automobile jouent un rôle clé dans la conquête des titres mondiaux.

Base : Cherasco, Cuneo, Italie du Nord
PDG : Massimiliano Fissore (ITA)
Chef d’équipe : Gabriele Rizzo (ITA)
Chef d’équipe : Gabriele Palmitesta (ITA)
L’équipe sur place : 16 (dont 2 ingénieurs, 8 mécaniciens)
Les pilotes : Norbert Michelisz (HUN), Gabriele Tarquini (ITA)
Voiture : Hyundai i30 N TCR
Les hauts faits en WTCR : Gagner deux titres de pilote WTCR consécutifs

“C’est un travail avec beaucoup de responsabilités qui ne peut être fait par quelqu’un
qui craque sous la pression”.

QUESTIONS ET RÉPONSES : Gabriele Palmitesta, chef d’équipe

Quel est votre travail au sein du BRC Racing Team ?
“En tant que directeur d’équipe, je suis la personne en contact avec les autorités sportives et le promoteur du WTCR. Je diffuse ensuite toutes les informations à l’équipe, aux ingénieurs et aux pilotes. Enfin, j’organise tous les déplacements pour les événements et la logistique, et je planifie toutes les activités de l’équipe au jour le jour. C’est la partie la plus importante, et dès que nous pouvons commencer la préparation de la saison, je rassemble tout dans un plan, je tiens tout le monde informé et je planifie tout pour les essais et les courses”.

Quel est le niveau de pression et de responsabilité qui accompagne votre travail ?
“Il y a beaucoup de responsabilités, c’est un travail où il faut être responsable. Mais c’est un travail qui ne peut pas être fait par quelqu’un qui craque sous la pression. Je dois être la personne la plus calme de l’équipe. Quand quelque chose arrive sans avertissement, je dois rester calme et donner des instructions. Il est certain que l’équipe sentira si son patron est calme ou stressé. Même lorsque nous sommes dans une situation critique, je dois être très calme. Je fais ce travail depuis de nombreuses années et je sais que plus vous serez calme, mieux ce sera pour le reste”.

Quelle est l’expérience nécessaire pour faire votre travail ?
“Plus vous avez d’expérience, plus ce travail est facile à faire, pour moi et pour l’équipe. Quand le chef d’équipe est vraiment expérimenté, c’est beaucoup plus facile pour tous les membres de l’équipe. Il est important de connaître toutes les tâches que font les autres membres de l’équipe et vous avez cette expérience. Je peux donner des instructions à un mécanicien, un responsable des pneumatiques ou autre en connaissant les détails de leur activité. C’est vraiment important. Connaître tous ces détails est le fruit d’années d’expérience. Aucun livre ne peut expliquer cela”.

Votre travail nécessite-t-il une qualification particulière ?
“Le sport automobile est vraiment spécifique, la qualification la plus importante est certainement l’expérience, mais les jeunes qui veulent travailler dans la gestion d’équipe doivent savoir qu’après l’école, il faut aussi avoir un réel désir de gagner et être méticuleux avec les détails”.

Comment en êtes-vous arrivé au travail que vous faites maintenant ?
“J’ai toujours été très passionné par le sport automobile et depuis mon enfance, j’ai essayé de m’impliquer dans ce milieu. J’étais encore au lycée quand je faisais un petit boulot dans une équipe de rallye. J’essayais de progresser en m’impliquant autant que possible. Je m’occupais de la coordination et de la logistique, puis, petit à petit, j’ai pris de l’importance dans l’équipe dans laquelle je travaillais. J’ai passé de nombreuses années à faire du rallye avec quelques constructeurs et j’en suis arrivé à être chef d’équipe au sein du WTCR”.

Étant donné votre passion pour le sport automobile, avez-vous jamais été tenté de faire un test en tant que pilote ?
“C’est assez étrange car, venant du rallye, c’est un travail que font de nombreux copilotes lorsqu’ils ont pris leur retraite. J’ai toujours eu la passion de coordonner les choses mais je n’ai jamais été passionné par le fait d’être pilote ou copilote. J’ai le sentiment que je peux être bien meilleur en tant que chef d’équipe qu’en tant que pilote. Je n’en suis pas sûr car je n’ai jamais essayé, mais je n’ai jamais voulu être autre chose qu’un team manager”.

Est-il facile de transférer les compétences que vous avez acquises en rallye à la course sur circuit ?
“En ce qui concerne la gestion de l’équipe, je dirais que c’est plus ou moins la même chose en rallye ou en course. La relation avec les mécaniciens et les ingénieurs est la même, elle n’est pas liée à la série à laquelle vous participez. Mais il a été assez facile de travailler dans les deux disciplines car nous sommes un groupe fermé, une équipe qui travaille ensemble depuis de nombreuses années. Pour le reste, le rallye et les courses sur circuit sont complètement différents, mais c’est très excitant d’essayer quelque chose de différent après de nombreuses années de rallye. J’ai adoré le WTCR l’année dernière”.

Quelles mesures prenez-vous pour gérer un mauvais week-end ?
“C’est sûr qu’il y a des hauts et des bas. Le plus important, c’est de réagir rapidement. Ainsi, si les essais libres 1 ne se déroulent pas comme prévu, par exemple, vous devez réagir et travailler dur pour être prêt et mieux dans les essais libres 2. Vous n’abandonnez jamais. Nous avons remporté deux titres mondiaux consécutifs, ce qui nous permet de réagir et de revenir si nous avons fait une erreur. Dès qu’une erreur commence, la motivation est d’essayer de la réparer. Pour cela, il faut rester calme, se concentrer et travailler dur”.

Votre équipe n’est pas seulement composée d’Italiens mais aussi d’autres nationalités. Comment faites-vous pour réunir tous ces gens ?
“Bien sûr, l’équipe est basée en Italie mais nous avons d’autres nationalités et nous essayons de parler anglais. Mais ce n’est pas un problème de créer des liens entre ces gens. Vous faites ce travail si vous êtes vraiment passionné. Quand vous montez une équipe et qu’il y a la faim et le désir de gagner, c’est ce qui compte, ce n’est pas une question de langue que vous parlez. Nous sommes unis par la passion et le désir de gagner”.

Y a-t-il du temps pour le team building pendant les week-ends de course ?
“Les week-ends de course sont très serrés, il n’y a pas beaucoup de temps disponible. Nous considérons que lorsque nous arrivons sur la piste, le team building est déjà fait. À notre niveau, nous nous entraînons ensemble et nous passons du bon temps ensemble, mais en même temps, nous réfléchissons aux possibilités du week-end de course et à la façon dont nous pouvons gagner. Tous les membres de l’équipe entretiennent des relations étroites et nous avons nos briefings pour que nous sachions tous ce qu’il faut faire. C’est la chose la plus importante”.

Où suivre l’équipe BRC Hyundai N LUKOIL Squadra Corse en WTCR en 2020
WTCR Race of Austria (Salzburgring, 12-13 septembre)
WTCR Race of Germany (Nürburgring Nordschleife, 24-26 septembre)
Course WTCR de Slovaquie (Ring de Slovaquie, 10-11 octobre)
WTCR Race of Hungary (Hungaroring, 17-18 octobre)
WTCR Race of Spain (MotorLand Aragón, 31 octobre-1er novembre)
WTCR Race of Italy (Adria International Raceway, 14-15 novembre)